Bonnes Herbes – l’alchémille : Alchimie de femme ou femme alchimiste ?

L’alchémille, la belle alchémille, voici un nouvelle plante de femme, une panacée, espace sacré, dont les feuilles rondes, larges, forment comme un réceptacle, brillantes, invitantes. On la rencontre facilement en montagne au gré d’une belle randonnée et moins couramment en plaine.





Elle doit son nom vernaculaire aux alchimistes qui récupèrent au cœur de sa feuille les précieuses gouttes d’eau (une eau végétale sécrétée par la plante elle-même !) ; elles sont utilisées pour le Grand Œuvre comme on dit...

Connaissez-vous son surnom : le « manteau de notre dame ». Son origine vient du fait qu’elle symbolisait au moyen âge la vierge marie. Allez on pousse un peu plus loin sur son rapport à la vierge ? l’alchemille, (telle la vierge Marie) à la capacité de produire des graines sans fécondation (c’est l’apomixie) . Intéressant…



> Nom latin

Alchemilla vulgaris F- Rosacées

En travaillant sur cette plante, j’ai découvert que plus de 300 espèces sont recensées. Elles se répartissent entre la vulgaire et l’alpine. Bonne nouvelle toutes ont des propriétés médicinales similaires bien que celles de l’alpine soit considérées comme plus actives.



> Parties utilisées

A la base les racines mais désormais la plante entière voire uniquement les parties aériennes séchées.



> Mode d'utilisation

Infusé, teinture mère, extrait de plantes



> Accompagnement des systèmes

Endocrinien féminin, digestif, cardio-vasculaire, cutané



> Indications principales


Encore une plante de la femme dont le surnom « manteau de notre dame » peut devenir « le mal de notre dame » révélant ses propriétés précieuses pour certaines d’entre nous.


Elle accompagne à merveille celles qui cherchent à diminuer les symptômes du syndrome prémenstruel, les menstrues hémorragiques et/ou irrégulières mais aussi lors de diarrhées, de colites, d’insuffisance veineuse. Un bain de bouche d’extrait fluide peut aider à réduire les aphtes en alliance avec la propolis par exemple. En usage externe elle participe à la prévention des vergetures.


Elle garde son utilité auprès de la femme enceinte en cas de diarrhées ainsi qu’en fin de grossesse pour accompagner le déclenchement de l’accouchement.



> Principaux composants actifs utilisés en phytothérapie


Tanins, acide ellagique, acide salicylique, phytostérols, saponosides et flavonoïdes.


Ces propriétés sont en partie dues à la présence en tanins. Ils viennent resserrer les muqueuses permettant de soulager des problématiques présents dans différents systèmes. Comme toujours cependant, on garde en tête que ce n’est pas un unique principe actif qui agit mais un ensemble de molécules d’une même plante ou issu d’une association avec d’autres plantes.



> Précautions d'emplois

Aucune ! sauf en cas d’hypersensibilité aux principes actifs et on l’évite pendant la grossesse.



> Si on allait plus loin...


Plante de l’alchimiste fournissant l’eau céleste, plante symbolique de la vierge Marie capable de se reproduire seule. L’alchemille serait-elle une amazone tapie dans l’ombre de la vierge blanche, fournissant à l’Homme en quête de sens l’essence dont il croit avoir besoin pour évoluer ?


Elle m’évoque la capacité à s’autonomiser, à agir, à se transformer, à réduire la perte de liquide vital à notre survie.


Elle m’évoque le fait d’arrêter de donner plus que de raison au point de s’oublier.


Elle m’évoque l’émancipation, l’action, la féminité créatrice non castratrice, juste présente.


Elle m’évoque le chakra sacré, notre espace intime, zone du ressenti profond, situé sous le nombril. Cette zone qui lorsqu’elle est habitée donne vie à notre pouvoir créatif, révèle notre capacité à jouer dans le monde adulte avec un esprit d’enfant, équilibre nos émotions, nous autorise à vivre notre féminité librement avec plaisir, chaleur. Une énergie yang, orange, au service du yin que nous incarnons comme femme.


JE RESSENS



> idée recette

Ses jeunes feuilles sont comestibles crues ou cuites. Elles se marient à merveille en mélange avec d’autres plantes à feuilles vertes.



Sources : le livre des bonnes herbes Pierre Lieutaghi / se soigner par les plantes Gilles Corjon/ Cours de l’ELPM 3eme année / grand manuel de phytothérapie Eric Lorrain





4 vues0 commentaire