La grande aventure du système digestif : Épisode 3 - L'estomac

Dernière mise à jour : 7 févr.

Et nous voici de retour à bord de notre système digestif... nous nous rendons aujourd'hui au cœur de l'estomac ! L'estomac n'est pas un organe d'absorption. Mis à part laisser passer l'alcool et l'aspirine directement dans le sang, il est là pour malaxer, pétrir, réduire les aliments et dégrader les protéines.


Petit rappel pour assurer son bon fonctionnement : lui apporter la matière en bon état... A savoir Pré-mâ-chée... et comment assure-t-on cela... grâce à …. la … mastication ! Oui, bravo ! Bref... c'était l'instant mastication.


De quoi se compose l'estomac ?

Sa porte d'entrée est le sphincter cardia. Il s'agit d'un clapet qui permet au bol alimentaire de franchir le seuil de l'organe. Il s'assure aussi que n'en ressortent ni les aliments ni les agents intervenant dans la décomposition des aliments. En effet, certains de ces agents comme l'acide chlorhydrique sont très acides et ne sont pas les bienvenus dans des organes non adaptés à ce pH.


Interlude pathologie : Si les substances digestives, notamment l'acide chlorhydrique, se retrouvent dans l’œsophage, il vont en agresser la muqueuse. Celle-ci qui n'y est pas du tout adaptée ni préparée, causant brûlures, douleur et inflammation. C'est ce que l'on peut observer lors de troubles du reflux gastro-œsophagien ou bien au lendemain de soirée prolongée.

L'estomac est le milieu le plus rude et le plus acide de l'ensemble de notre système digestif. Son acidité pourrait dissoudre des clous (Ne tentez pas l'expérience s'il vous plaît). Pour éviter la fuite de ces substances agressives dans le reste de l'organisme et éviter sa propre dissolution, sa paroi est dotée d'une muqueuse gastrique épaisse formant une barrière gélatineuse doublée d'une couche de mucus.


Interlude pathologie : Malgré sa résistance et son épaisseur, la muqueuse peut être détériorée par un agent extérieur ou intérieur comme le café, le tabac, le stress, les AINS*, l'AAS** .Cela peut déclencher ce que l'on appelle une gastrite. Et sans prise en charge, cela peut aller jusqu'à l'ulcère et la perforation de l'estomac lorsque ces facteurs sont combinés à la colonisation de l'estomac par la bactérie Helicobacter pylori .

Les intervenants extérieurs : hormonaux et nerveux


Différentes hormones vont réguler la sécrétion de ces substances puissantes . Elles sont fabriquées par l'estomac, l'intestin grêle et/ou le cerveau Si il y en a une à retenir ce sera la gastrine, principale régulatrice de l'acide chlorhydrique.


Le système nerveux joue aussi un grand rôle dans la bonne digestion et ce au niveau de tous les organes digestifs. Et retenez le bien, c'est le système parasympathique (la détente) qui fait augmenter l'activité sécrétoire des glandes. Le système sympathique (le stress) lui les inhibe.


Le stress, la peur, les angoisses, les réflexes de fuite ou de lutte vont immédiatement inhiber ces différentes action et par voie de conséquence la suite de la digestion.


Vous voyez un peu le truc... problème de digestion, constipation, diarrhées, douleurs après les repas ? Où en êtes-vous avec le stress. Je rédigerai prochainement un article spécifique sur le thème du stress et de la digestion ainsi que sur la notion du "bon" et du "mauvais" stress.

Comment se déclenche et se déroule la digestion dans l'estomac?

Il y a 3 phases dans le lancement de la digestion.

> La première est la phase céphalique.

Elle dure quelques minutes.

Elle est déclenchée par les sens : la bonne odeur en cuisine, la manipulation des aliments, la vue des plats en préparation. Nos sens envoient l'information à notre cerveau qui le relaie au nerf vague (principal nerf du système parasympathique = la détente). Il envoie alors le message à l'ensemble des glandes concernées qui vont se préparer à entrer en phase sécrétoire des substances digestives.

Je suis en admiration face au fonctionnement de ce corps qui nous porte, nous transporte, nous nourrit, à sa capacité d'assimiler les informations extérieures (odeurs, bruits, couleurs) pour créer de la matière à l'intérieur (en l’occurrence les substances digestives)

 

Si on allait plus loin ...


Face à cette information, je vous propose de (re)considérer l'importance de prendre le temps de cuisiner, de regarder, de découper les aliments plutôt que de retirer un opercule d'une boite pour l'enfourner au micro-ondes. Le plaisir et le fait de laisser durer ce plaisir à venir est la porte d'entrée principale à la bonne digestion.

 

> La seconde c'est la phase gastrique, à la fois mécanique et chimique.

Elle peut s'étendre de 2 à 4 heures selon la quantité et le type d'aliments ingérés, l'état de dégradation dans lequel ils arrivent (cf la mastication), et les conditions du repas plus ou moins détendue.


L'estomac est habité par un mouvement musculaire qui malaxe, mélange, pétrit pour écraser et dissocier les aliments. Ce mouvement s'appelle le péristaltisme. Il est activé par des ondes électriques dont la fréquence est régulée par des cellules spécifiques. Cependant leur déclenchement et leur intensité sont régis par la présence en plus ou moins grande quantité d'aliments mais aussi par notre système nerveux !


L'estomac dégrade les protéines d'origine animale et dénature les parois cellulaires des végétaux grâce à l'action de la pepsine et de l'acide chlorhydrique synthétisées par les cellules de la muqueuse. Glucides (sucres) et lipides (matières grasses) eux sont seulement écrasés, ils seront transformés plus tard.


Un autre événement se déroule en parallèle à la digestion. Il s'agit de la synthèse du facteur intrinsèque par les cellules de l'estomac. Il assure un rôle vital pour notre organisme : le transfert et la survie de la précieuse vitamine B12 dans ce milieu extrêmement acide. Elle peut ainsi traverser l'estomac sans être détruite pour rejoindre l'intestin grêle où elle est assimilée.

> La troisième c'est la phase intestinale.

Elle commence quelques minutes après un repas et peut se termine généralement en moins de 4 heures.

C'est le ralentissement de la sécrétion de substance dans l'estomac. Les aliments que l'on appelle maintenant chyme (car si vous les voyiez vous ne pourriez désormais plus reconnaître le poulet au four de Mamie.) quitte progressivement l'estomac pour rejoindre l'intestin grêle. Ainsi, pour éviter l'embouteillage à la sortie suivante (le sphincter pylore), la diminution de substances digestives ralentit le process de digestion dans l'estomac et régule le trafic. De plus, la quantité d'aliments arrivant dans l’œsophage étant sensé réduire, il n'est plus nécessaire de synthétiser autant de substances.



L'estomac a terminé sa partie du boulot. Les protéines sont dégradées, les glucides et les lipides sont réduits en bouillie. Le tout arrive accompagné de notre vaillante vitamine B12 dans l'intestin grêle.

La suite au prochain épisode...


 

Si on allait plus loin ...


On peut souvent avoir bien d'autres choses à faire plutôt que de prendre le temps de se poser pour se nourrir. Mais au fond, quand on pense ainsi, quand nous sommes pressés, quand nous n'avons pas (ou ne prenons pas) le temps de manger parce que réunion, projet, lessive, courses, rendez-vous... qui nous dirige dans ces moments? Qu'est ce qui fait que l'on choisit de dénigrer, de mépriser l'action vitale qu'est de manger pour en faire un événement anodin presque une perte de temps au bénéficie d'une activité sans humanité?

 

Premiers conseils d'hygiène de vie pour bien vivre cette phase de la digestion


> Mastiquer au maximum vos aliments afin de mâcher le travail mécanique de votre estomac.

> Éviter de boire de l'eau et de l'alcool pendant les repas afin de ne pas noyer les substances liquides

> Manger dans le calme, assis et en-dehors d'une réunion de crise pro ou personnel afin de mettre en pause votre système sympathique. Même si c'est un sandwich jambon beurre, tant pis. Mais posez-vous. Ne serait ce que 15 minutes.

> Souriez vous êtes vivant.e


La digestion est au coeur de la naturopathie et les inconforts associés sont un des grands motifs de consultation (en parallèle à un suivi médical en cas de pathologie). Nous pouvons faire beaucoup pour soulager notre estomac par de simples modifications dans notre alimentation, notre activité physique, notre appréhension du stress.

Venir voir un praticien de santé naturopathe c'est vous offrir la possibilité de devenir l'acteur de votre santé en pleine conscience et en toute autonomie.

Tisane pour soulager l'inflammation de l'estomac

camomille romaine ou matricaire

souci

mauve

romarin

melisse

achillée

Chaque personne à sa physiologie et son tempérament propre, c'est pourquoi je n'indique pas les quantités. Pour plus de détails, je suis à votre disposition par message privé.




AINS*: Anti Inflammatoires Non Stéroïdiens

AAS** : Acide acétylsalicylique


sources et crédits : Cours de l’École de naturopathie l'Arbre Rouge / Cours de l’École Lyonnaise des Plantes Médicinales / Anatomie et physiologie humaines E.N. Marieb et K.Hoehn

34 vues0 commentaire