Octobre rose - Prévention cancer du sein : Le sucre

Dernière mise à jour : 11 nov. 2021

J'ai rejoint https://www.univers-k.fr/ , maison digitale dédiée aux cancéreux et aux aidants, depuis quelques mois. J'y partage les nombreux outils dont je dispose en temps que naturopathe pour vivre mieux au quotidien. Pour cela, je vous propose des temps d'échange grâce à des ateliers, des live chat, ainsi que du contenu vidéo et écrit. Nous y parlons alimentation, gestion des émotions et du stress, protection du système digestif, activité physique, sommeil, immunité sans oublier les plantes médicinales. Mon dada !

En octobre dernier, mois dédié à la prévention du cancer du sein, j'ai réalisé plusieurs capsules vidéos à ce sujet. Pour chaque sujet, vous en retrouverez le contenu mis par écrit ainsi que la vidéo en fin d'article.


En route pour le troisième article qui fait le focus sur : le sucre



Sucre, glycémie et insuline

Dans l'équilibre, tout est bon. Dans l'excès tout s'effondre.

> A quoi ça sert le sucre ?

Deux objectifs pour l'organisme : fabriquer de l'énergie et maintenir un taux stable de sucre dans le sang.


Pendant noter repas, nous mangeons des aliments riches en glucides (en sucre) un plat de pâtes, un fruit, une pâtisserie etc.... Une fois découpé en petits morceaux par notre intestin grêle, le sucre est absorbé, et arrive dans. le sang. Lorsque du sucre arrive dans le sang, l'organisme a deux options pour réguler la glycémie sanguine : FABRIQUER ou STOCKER. choix qui va être fait selon le besoin du moment... Nous apprêtons nous à faire une sieste, à partir marcher ou à avoir une activité cérébrale.

Option 1 FABRIQUER DE L ENERGIE

La source de sucre arrive au bon moment, nous avions justement besoin de matière première. Bim le sucre est est alors absorbé par nos cellules pour synthétiser de l'atp (énergie). Cette énergie c'est notre moteur, qui permet au corps de bien fonctionner de jour comme de nuit : bouger, penser, digérer, fabriquer de la matière, taper à l'ordinateur, dormir, rêver ….

Option 2 STOCKER

Nos cellules n'ont pas besoin de fabriquer d'énergie, c'est l'heure de la sieste ou de vous coucher. au moment où arrive la source de sucre. Le nutriment est alors capté par les cellules du tissu adipeux et transformé en gras pour être stocké.



> Qui fait le lien ?


Quelle que soit l'option choisir, le sucre a besoin d'avoir la clé d'accès aux cellules. C'est la fée hormone insuline qui permet de faire entrer le nutriment. elle se lie à l a molécule et rejoignant la membrane cellulaire sur laquelle elle se fixe et ouvre la voie.


Ainsi, les deux objectifs sont atteints : le sucre n'est plus dans le sang, il a été évacué soit pour fabriquer de l'énergie soit pour être stocké en vue d'un futur besoin.


> Les risques liés au sucre

Aujourd'hui, c'est prouvé et acté, sa consommation en trop grande quantité sur le long terme le rend grandement responsable du surpoids, de l'obésité et de l'insulino-résistance.

Or ces 3 syndromes font partie des principaux facteurs de risque du développement de cancers hormono-dépendants. Ils ont un fort impact sur l'équilibre hormonal de notre corps ainsi que sur la synthèse d'hormone de croissance IgF-1

> Comment réduire ces risques ?

Pour une prévention santé optimisée, je vous invite à protéger votre corps des effets délétères du sucre, en régulant leur quantité absorbée chaque jour et en choisissant des sources de glucides de qualité

Bien choisir ses sources de sucre

1. premièrement en regardant un peu plus en détail la composition de vos aliments sans pour autant devenir obsédé, juste faire un état des lieux. En effet, le sucre est partout et on ne le sait pas forcément : les fruits, les céréales, le pain, les légumineuses, les gâteau, le sucre dans le café, les produits ultra transformés car le sucre est un conservateur.

2. Deuxièmement en troquant un maximum les aliments à indice glycémique haut plus communément appelés « sucres rapides » par les aliments à index glucidiques bas. Ces aliments ralentissent le temps d'absorption des glucides par l'organisme, sollicitant de manière plus progressive le pancréas.

> Des changements en douceur


C'est une action qui peut être difficile à mettre en place car le sucre devient vite une addiction. Il peut aussi chez les végétariens devenir un aliment beaucoup consommé en compensation de l'absence de protéines d'origine animale, en grande parti responsable de la satiété.


Ainsi, pour cela il est nécessaire en plus de le vouloir, d'avoir trouver une motivation, un sens à cet acte engagé. Notre organisme s'habitue au changement si il est progressif et acté en douceur, en accord.



> Remplacer plutôt que supprimer


Allez y donc doucement en commençant par exemple à remplacer le sucre dans vos boissons chaudes par de la stevia, le chocolat au lait aromatisé par un chocolat noir à 60%, en retirant la consommation des boissons sucrées pendant les repas,en remplaçant les desserts par un fruit ou des amandes, des noix, noisettes.


Puis vous pourrez remplacer

au petit déjeuner les corn flakes par des flocons d' avoine, ou la baguette par du pain semi-complet.

Au déjeuner et au dîner on remplace les pâtes blanches par des pâtes semi-complètes al dente, le riz rond par du riz basmati.

On réduit la part faite aux céréales pour augmenter celle des légumineuses.

En en-cas, on peut privilégier les pommes aux bananes, des pruneaux, des amandes ou du chocolat noir aux bonbons et aux barres de céréales.


> Le principe du 80/20


Vous pouvez opter aussi pour le principe du 80/20. 80% du temps vous mettez en place le changement et 20% du temps, vous continuez à consommer ce qui vous "fait plaisir". A savoir, qu'en modifiant ses habitudes alimentaires, la découverte de nouveaux aliments génère de nouvelles saveurs, goûts. On modifie alors progressivement notre rapport au plaisir.


Prenez le temps.

ce qui se fait doucement, s'acte dans la durée

sans plus de frustration ni de manque.


Si la démarche réveille trop de frustrations, s'avère même douloureuse, alors entourez-vous de praticiens spécialisés.

Seul on va plus vite mais à plusieurs on va plus loin.


L'article en vidéo : https://youtu.be/6-eMgYEevU4



6 vues0 commentaire