Octobre rose - Prévention cancer du sein : Les perturbateurs endocriniens

J'ai rejoint https://www.univers-k.fr/ , maison digitale dédiée aux cancéreux et aux aidants, depuis quelques mois. J'y vous propose des temps d'échange grâce à des ateliers, des live chat, ainsi que du contenu vidéo et écrit. Nous y parlons alimentation, gestion des émotions et du stress, protection du système digestif, activité physique, sommeil, immunité sans oublier les plantes médicinales. Mon dada !


En octobre dernier, mois dédié à la prévention du cancer du sein, j'ai réalisé plusieurs capsules vidéos à ce sujet. Pour chaque sujet, vous en retrouverez le contenu mis par écrit ainsi que le lien vers la vidéo en fin d'article.



On démarre avec le premier sujet :un focus sur le premier moyen de prévenir le développement de la maladie : les perturbateurs endocriniens et les xenooestrogènes.


>> Quel est l'impact des perturbateurs endocriniens sur notre organisme ?

Consommés tous les jours et présents en grande quantité dans notre alimentation, les cosmétiques, les packaging des produits usuels, les perturbateurs endocriniens viennent modifier à terme notre équilibre hormonal entre progestérone et oestrogène.

Ces deux molécules sont interdépendantes et leur équilibre maintient notre santé. Les oestrogènes sont responsables de la prolifération cellulaire, nécessaire à la vie et d'éventuelles mutations qui sont naturellement détruites par notre organisme lorsque nous sommes en santé. La progestérone c'est un peu la mère sagesse de l’œstrogène, qui l'empêche de partir dans tous les sens. Elle contre-balance les effets des œstrogènes.

Or les perturbateurs endocriniens peuvent interférer sur la quantité de progestérone synthétisée ou stimuler très fortement les récepteurs des œstrogènes.. Cela entraîne dans ces deux cas une augmentation de l'action des œstrogènes dans notre corps ,appelée l'hyperoestrogénie relative.

Elle va alors entraîner la prolifération cellulaire et des mutations en excès qui peuvent à terme déclencher le développement d'un cancer hormono-dépendants dont celui du sein.

Aparté sur les xéno-ostrogènes; Ce sont des molécules qui miment l'action de nos hormones notamment celle de l’œstrogène, en stimulant très fortement leurs récepteurs. C'est reparti pour la prolifération cellulaire et donc les mutations. Le foie les élimine difficilement de notre organisme. Cela induit qu'elles peuvent circuler en continu dans notre organisme. Ils affectent aussi le fonctionnement de la testostérone, des hormones thyroïdiennes et de la progestérone. Leur impact est à prendre en considération.

Objectif : on LIMITE La consommation de perturbateurs endocriniens

d'accord mais comment ?

>> Choisissez des aliments d'origine biologique

Cela vous évitera l'absorption des herbicides ainsi que du HCB (bien qu'interdit en Europe depuis 2001, vous en trouverez dans des produits cultivés en dehors de l'Europe)

>> Consommez les produits les plus bruts possibles

Cela limitera ainsi l'absorption de conservateurs comme le parabène utilisés comme conservateurs

>> Limitez votre consommation de protéines d'origine animale.

Les viandes, œufs, produits laitiers et poissons sont les plus concentrés en PCB. Le PCB est une molécule créée par l'homme. Elle est extrêmement présente dans le sang des animaux et en partie responsable de nombreux cancers hormono-dépendants. Ainsi pour limiter son absorption tout en ayant un apport suffisant en protéines et en acides gras essentiels, l’Afssa recommande de consommer du poisson deux fois par semaine en associant un poisson à forte teneur en oméga-3 et un poisson maigre tout en variant les espèces.

>> Choisissez des produits non conditionnés dans du plastique type PVC

ceci pour réduire au maximum le contact entre vos aliments ou les cosmétiques et le phtalate, les composés perfluorés ou encore les composés polybromés.

L'article en video : https://youtu.be/ZO3RAb-w2gw







7 vues0 commentaire