Refroidissement hivernal : Volet 2 - Les symptômes

Ca y est, le rhume est là. ça gratte la gorge, le nez, la tête un peu lourde.... et oui c'est signe que notre organisme entre en action. Voici plus en détail la raison de ces désagréments qui sont salvateurs au final.







=> La réaction inflammatoire


L'inflammation est manifestée par les marqueurs suivants : chaleur, gonflement, rougeur et douleur


L'inflammation entraîne la dilatation des artérioles, afin de laisser passer les cellules de défenses, les nutriments nécessaires à la reconstruction (oxygène notamment) ainsi que des protéines de coagulation présentes pour établir un périmètre fermé et limiter la prolifération de l'agent pathogène dans l'organisme.

=> La fièvre


La fièvre va se développer par action d'un médiateur chimiques.


En gros, on remonte le thermostat de l'organisme pour accélérer les mécanismes de défenses, de réparation et voire inhiber la multiplication de l'agent pathogène.

Une fièvre temps qu'elle reste modérée (inférieure à 39,5 chez l'adulte ) et sur une courte durée est une réaction d'adaptation bénéfique.


=> La toux et l'excès de mucus


Ces symptômes se développent dans le but d'évacuer les déchets dus à l'élimination de l'agent pathogène, la destructions des cellules infectées et les déchets énergétiques

=> La fatigue


Le corps dépense beaucoup d'énergie en élevant sa température corporelle, et en luttant contre l'envahisseur. D'où cette fatigue persistante au cours de la phase aiguë de l'infection.


Il est donc bon de dormir ou du moins de se reposer un maximum, de se nourrir peu afin de ne pas solliciter l'organisme sur la digestion ou l'activité cérébrale et le laisser se focaliser sur la pathologie.

>< ET LES PLANTES DANS TOUT CA


Gardons en tête que nous restons dans le cadre d'une infection virale maîtrisée par le corps sans détresse respiratoire ne nécessitant pas d'hospitalisation. On est donc à la maison face à une version sans conséquence d'hyper-inflammation d'une pathologie. Si la situation s'aggrave, c'est au corps médical qu'il faut s'adresser.

Nous avons appris que


1/ La fièvre n'est pas dangereuse temps qu'elle est raisonnée. (en dessous de 39,5). Elle aide le corps à se battre.


2/ Utiliser des anti-inflammatoires en grosse quantité par voie orale peut nuire au combat de l'organisme car ils vont faire baisser la température et donc limiter l'action du système immunitaire.


3/ L'activation du système immunitaire adaptatif est essentiel à la guérison ainsi qu'à l'immunisation contre ce nouveau virus. On peut donc continuer à prendre des plantes immunomodulantes qui viennent réguler la fonction immunitaire, la relancer ou la calmer si nécessaire.

Le concept est alors d'accompagner le corps face à sa lutte et ce sans lui nuire. Et dans ce cas, les plantes sont nos meilleures alliées ! J'invite à privilégier des plantes de notre pays, couramment utilisées plutôt que des plantes du bout du monde difficiles à obtenir et que nous connaissons moins.





=> Plantes de choix

A visée anti-inflammatoire

Utile en cas de migraines, ou de fièvre trop intense

en phytothérapies : les dérivés salicylés

en aromathérapie : les sesquiterpènes et sesquiterpénols (et encore des études sont en cours)

=> Filipendula ulmaria (Reine des prés)

=> Salix alba (Saule blanc)

anti infectieuses

Action principale par le biais des huiles esentielles meilleure activité anti infectieuse et anti bactérienne : les phénols.

=>Thymus serpilllum (serpollet)

=> Satureja montana (sarriette)

=> Origanum compactum (origan)

=> Thymus vulgaris (Thym)

Nota Bene : Les plantes sont à manipuler avec précaution, notamment les huiles essentielles. Référez-vous un professionnel afin de connaître les posologies et le mode d'absorption. certaines peuvent brûler les muqueuses de par leurs puissants principes actifs. C'est pourquoi, je choisis de ne pas noter de conseils d'utilisation.


«Diaphorétiques»

qui font transpirer et qui accompagnent l'organisme fiévreux

=> Sambucus nigra (sureau noir)

=> Rosa canina (Cynorhodon églantier)


Expectorantes

expectorante = augmentation de la quantité de mucus pour hydrater les mucosités

Pour passer de la toux sèche à grasse

=> Thymus vulgaris (Thym)

=> Eucalyptus

=> Inula helenium ( aunée)

=> Tussilago officinalis (Tussilage)

fluidifiantes ou mucolytiques

fluidifier le mucus pour faciliter son évacuation sans augmenter les quantités.

Réduire la toux grasse

=> Eucalyptus

=> Glechoma Heredacea (Lierre terrestre)

=>Thymus vulgaris ( Thym)

=> Verbascum thapsus (Bouillon blanc)

=> Malva sylvestris (mauve sylvestre)

=> Althaea officinalis guimauve



anti-tussives

calmer l'inflammation et l'irritation des muqueuses

=> Malva sylvestris (anti tussive et adoucissante)

=> Lavandula officinalis

=> Papaver rhoeas (coquelicot) toux sèche

=> Verbascum thapsus (bouillon blanc)

=> Thymus vulgaris (thym)

Plantes immuno-modulantes

renforcer et accompagner le système immunitaire en prévention

=> Echinacea purpurea ou angustifolia (déconseillée en cas de Maladie auto-immune)

=> Cupressus sempervirens




Le naturopathe n’est pas un médecin. Ces conseils sont donnés à titre de prévention et dans le cadre de l'amélioration de votre hygiène de vie. En aucun cas, ils ne remplacent l'avis de votre médecin..

0 vue0 commentaire